Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques d'un Gars Normal
  • : « Le monde n’est pas tel qu’il est mais tel que nous le voulons, soyons le changement que nous voulons pour le monde » Gandhi
  • Contact

Archives

Liens

23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 12:26

bv000065Croissance, tout le monde n’a que ce mot à la bouche ! Il faut retrouver le « chemin de la croissance », « Vive la croissance »… Mais a-t-on vraiment compris ce qu’il cache et à quoi elle sert ?

Notre modèle social actuel ne peut pas exister sans croissance. Elle est un mal nécessaire.

Moi, ce qui me fait marrer, c’est l’incohérence des gens. Ils se plaignent du capitalisme, des systèmes inégalitaires, de la croissance excessive.

Ils militent pour un monde plus juste, une meilleure répartition des richesses. Ils s’indignent contre la recherche permanente de profits. Ils dénoncent les financiers, les patrons, les capitaux etc…

Cependant, ils oublient que notre modèle a créé la bête qu’ils combattent. Ils oublient que sans argent et peut être sans endettement, celui-ci serait mort depuis longtemps.

Il suffit de faire appel à notre bon sens pour s’en rendre compte.

En fin de mois, je regarde le solde de ma caisse. Je sais qu’au-delà, je ne pourrais plus consommer. Quand mon solde est à 0, je trouve les moyens nécessaires pour éviter de
m’endetter.

Mes dépenses augmentant, je chercherais soit à augmenter mes recettes, soit à trouver des pistes d’économies.

A une plus grande échelle, c’est la même logique qui s’impose à nos systèmes. La croissance est un des moyens nous permettant d’assurer la pérennité de notre modèle.

Pour se maintenir, l’Etat a un besoin constant de recettes en augmentation dans les mêmes proportions que les dépenses.

Les recettes de l’Etat, c’est la collecte des diverses taxes et cotisations. Il en existe de 3 natures différentes :

-          Sur la consommation, la TVA par exemple,

-          Sur le capital, impôt sur le patrimoine, les dividendes,

-          Sur le travail.

La croissance des recettes est liée à la capacité des agents économiques à consommer plus, à gagner plus, à exporter plus, à posséder plus.

« Toujours plus », pourrait être une devise de notre système.

En face, l’Etat accumule des dépenses. Sans que cette liste soit exhaustive, les dépenses sont liées à :

-          L’éducation,

-          L’armée,

-          Les retraites,

-          La fonction publique,

-          Les services publics,

-          La sécurité sociale,

-          Etc…

Comme tout bon gestionnaire, l’Etat cherche à atteindre l’équilibre budgétaire. Et à résoudre l’équation Recettes = Dépenses.

Malheureusement pour nous, la dépense augmente plus vite que la recette. Et cela n’ira pas sans s’arrêter !!!

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène :

-       L’augmentation de l’espérance de vie avec pour conséquence l’accroissement du nombre d’année de retraites à financer (vs le nombre d’années de cotisation),

-       Les Papy Boomers, versus le nombre de cotisant en diminution du fait du ralentissement démographique de nos sociétés,

-      L’augmentation du nombre de chômeurs, du fait des ralentissements économiques successifs, des délocalisations,

-      L’augmentation des dépenses de santé,

-      L’augmentation des dépenses d’éducation

Pour financer cet accroissement naturel et structurel, il faut que la recette augmente dans les mêmes proportions.

Faute d’un changement de cap drastique, notre système est condamné à croître toujours. Il n’est pas possible d’imaginer un monde sans croissance.

Parce qu’elle est nécessaire, dans notre environnement aux ressources finies et à l’espace limité, a-t-on pesé les conséquences d’une croissance effrénée sur notre environnement ?

Des solutions permettant de limiter ou d’engendrer une croissance plus saine existent. Elles seront longues à mettre en place. Les réponses actuellement apportées permettent de le maintenir mais ne font que repousser le problème à une autre échéance.

A bon entendeur, Salut !!

Partager cet article

Repost 0
un gars normal - dans Economie
commenter cet article

commentaires