Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques d'un Gars Normal
  • : « Le monde n’est pas tel qu’il est mais tel que nous le voulons, soyons le changement que nous voulons pour le monde » Gandhi
  • Contact

Archives

Liens

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 09:29

Croissance2.jpg

 

Pendant toute la campagne, j’ai eu le sentiment de participer au combat de la « Croissance » contre « l’Austérité ». Une idée sympathique et réjouissante contre la misère...

En votant à Droite, nous étions tous voués à devenir des Cosettes et à servir le dieu Capital.

L’austérité, dans la bouche des partisans de la croissance, était devenue le synonyme de l’arrêt brutal des aides sociales, du gel des embauches, de la réduction des salaires…. Bref un retour en arrière de quelques siècles. Qui aurait voulu d’un monde pareil ?

La Gauche se présentait en sauveur. Elle redonnait espoir à des millions de personnes. Elle nous promettait une société plus juste, dans laquelle la croissance serait là et personne ne manquerait de rien…

Pour prouver la justesse de leurs propos, les différents groupes nous ont submergés de chiffres.

Lors de chaque débat, toujours la même guéguerre. Souvenez-vous de Poutou sur DPDA « Ce n’est pas l’estimation Poutou, ce n’est pas la mienne !!! ».

Regardez le débat d’entre 2 tours et l’éternelle exclamation « ces chiffres sont faux !!! ». A la fin des débats, toujours ce même sentiment amer, l'impresion de ne pas avoir trouvé de réponses pour savoir qui de Croissance ou Austérité devait l’emporter.

A mon sens, chacune de ces politiques n’a qu’un seul objectif, trouver les ressources nécessaires afin de soutenir notre système français fatigué.

La Croissance est le moyen d’assurer à notre gouvernement une augmentation de ses recettes pour soutenir ses dépenses. Et l’Austérité est le moyen de réduire les dépenses, faute de pouvoir augmenter les recettes, et cela afin d’éviter la faillite de l’état.

Le but recherché est l’équilibre budgétaire….

In fine, nous sommes l’Etat. Soit nous contribuons plus, soit nous recevons moins. Et pour les champions de la Croissance, nous sommes la vache à lait qu’il faut traire pour rassasier un état toujours plus consommateur.

Si notre consommation ralentie, les recettes de l’état stagnent. Le jeu consiste à être sûr que la Croissance sera là et notre Champion y croit. Il nous l’a promis. Ne nous inquiétons pas, elle ne saurait tarder.

Malheureusement, depuis plusieurs années, nous sommes passés d’une consommation de masse et d’équipement à une consommation de renouvellement. La seule part de nos budgets qui croît est la consommation subie (les loyers par exemple).

Personne ne me fera croire qu’un ménage qui a déjà consommé un produit (et toutes ses déclinaisons possibles inventées par nos marketeurs) continuera de l’acheter en double ou en triple. 

C’est une évidence, il arrive un moment où notre capacité à consommer arrive à saturation, nous ne pouvons pas consommer plus que nous n'avons. Or, nous avons déjà tout…

Il paraît même, que pour contrer cette évidence, les vendeurs d’électroménager ont inséré des compteurs dans leurs appareils.

Après X utilisations, l’appareil s’éteint… Il y en a qui en sont persuadés (ma mère par exemple). Un jour, je me suis promis de démonter son lave-vaisselle pour trouver ce fichu compteur.

La consommation finale croît naturellement par un effet prix, les inflations successives, plus un léger effet de volume. Cependant, elle ne croît pas suffisamment pour couvrir l'augmentation naturelle et structurelle des dépenses. Mise à part un miracle et un retour à une consommation de masse, je ne crois pas que l’équilibre soit à trouver par ici…

Peut-être se cache-t-elle dans les exportations !!

Nous importons plus que nous exportons. Même si notre consommation finale ralentie, nous voulons continuer à acheter. Acheter certes, mais toujours au meilleur prix (ou en tout cas le moins chère possible)… Qui va acheter un bien quand, à qualité comparable, il pourra l’acheter à 20, 30 ou 40% moins chère ? Un consommateur éthique !!!

Si nous ne pouvons compter ni sur la consommation finale, ni sur les exportations, je me demande bien ce que notre nouveau gouvernement va pouvoir faire pour le retour à l’équilibre !!!

En finissant, ce billet au lendemain du 1er tour des législatives, je constate que le gouvernement fait déjà tomber le masque et demande un délai pour ramener le déficit à 3% du PIB (pour info, c’était le 1er point des 60 engagement du programme de notre Président).

Oui un retour à la Croissance sans un changement drastique, soit de notre mode de consommation, soit de notre modèle économique est une hypocrisie.

Une promesse électorale intenable mais dans 5 ans qui s'en souviendra !!! Et surtout, l'on dira "c'est pas nous, c'est la faute à la crise..."

A bon entendeur Salut !

Partager cet article

Repost 0
un gars normal - dans Economie
commenter cet article

commentaires