Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques d'un Gars Normal
  • : « Le monde n’est pas tel qu’il est mais tel que nous le voulons, soyons le changement que nous voulons pour le monde » Gandhi
  • Contact

Archives

Liens

18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 10:35

Ce n’est pas très original de vous proposer un article sur la compétitivité. On connaît déjà, on a tout lu, tout vu, tout entendu. Moi, j’aimerai revenir plus avant, et tenter de comprendre comment la compétitivité est devenue (ou re-devenue) en quelques mois une notion tant à la mode.

Il y a peu, environ 10 mois, la mode était à la "croissance". Tous les politiques souhaitaient retrouver la croissance par la consomation des ménages

En associant les deux, cela laissait croire au plus grand nombre que croissance égale consomation des ménages.     Progressivement, dans le discour des politiques, le mot "croissance" a été remplacé par le mot "compétitivité". Pas que la croissance ne devienne plus nécessaire mais parce que les moyens de la relance ne passe plus par les mêmes mécanismes.  

Il faut retrouver le chemin de la croissance par la compétitivité et non plus par une reprise de la consommation, ou tout du moins si, mais cela semble avoir moins d’importance.

Il y a quelques temps de cela, j’avais posté, sur ce même blog, un article sur la croissance, la consommation des ménages et son importance. En effet, j’y évoquais la décomposition de la richesse française et la part significative de la consommation. Par conséquent, tout ralentissement de celle-ci impacte fortement la richesse française. 

Or, la consommation des ménages est en panne, et la croissance avec !!! Le politique doit aller la chercher ailleurs. Il doit diversifier au maximum ses sources de revenus .

Consommation en panne, voir en décroissance, l’état n’a plus que le choix de la balance commerciale et/ou de l'investissement.

La balance commerciale donc, aujourd’hui fortement négative pour la France, se calcule en faisant la différence entre le total des importations et des exportations. Plus elle est négative, plus nous importons, ou moins nous exportons !!!

Ce déséquilibre commercial peut s’analyser de plusieurs façons. Soit les besoins des consommateurs ne sont pas satisfaits par des entreprises nationales, auquel cas celui-ci s’en va les chercher ailleurs (importation). Soit nos entreprises, sur les marchés extérieurs, ne sont pas en mesure d’offrir un bien « comparable » à leurs concurrents du fait d’avantages compétitifs moindre (exportation).

Pour trouver l’équilibre, il nous faut exporter plus.  La problématique est donc d’offrir, aux consommateurs (locaux ou étrangers), un bien répondant en tous points à leurs attentes. Il faut faire la différence !!!

Cette différence s’apprécie au regard d’éléments de coûts et hors-coûts. Les coûts de production, distributions, communications, etc... sont des éléments de coûts. De même, la qualité, l’innovation, la renommée sont des éléments hors-coûts.

Devenir compétitif, c’est être en mesure de se différencier sur l’un de ces éléments. Plusieurs pistes, pour devenir compétitif, peuvent être apportées à notre réflexion.

Sur les éléments coûts, par exemple, être plus compétitif que son concurrent, c’est réduire les coûts de production (hors masse salariale) en augmentant la productivité.

Le but recherché est de produire plus ou mieux afin de réduire le coût unitaire de production d’un bien. Cela passera, selon les cas, soit par un renouvellement de l’appareil productif, en le modernisant ou en le mécanisant, soit par une optimisation du produit fini lui-même.

In fine, renouveler, mécaniser, optimiser demande à l’entreprise d’investir. L’investissement apparaît comme une élément clés dans la recherche de compétitivité.  

Dans les éléments hors-coûts, l’image de marque est un élément essentiel. Elle se construit sur la qualité des biens et services exportés contribuant à la réputation de l’entreprise.

L'expertise est également un élément constitutif de la compétitivité. Etre reconnu comme un acteur incoutournable de tel ou tel secteur d'activité. La France l’est actuellement dans l’industrie du luxe par exemple. Ce n’est malheureusement pas suffisant pour équilibrer notre balance.

Nos politiques doivent en prendre conscience et investir dans la création de pôle d’expertise. Ceux-ci existent déjà, les pôles de compétitivité, il faut les renforcer ! Nous devons créer les métiers, les services et les produits de demain en innovant.

L’innovation, que j’évoque ici, est peut être le point le plus important. Des entreprises innovantes sont capables de maintenir leurs parts de marché mais aussi d’en conquérir de nouvelles, voir de créer la demande de demain.

Etre compétitif, ce n'est pas qu'une histoire de coûts...C’est un ensemble de mesures visant à renforcer les avantages compétitifs de nos entreprises.

Le rapport Galois, évoqué en introduction de cet article, me semble prendre une bonne direction. Il est à souhaiter que nos politiques ne s’arrêteront pas seulement à des préoccupations électorales mais feront tout pour les mettre en œuvre et aller plus loin, allons un peu de courage messieurs les politiques !

http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/rapport_de_louis_gallois_sur_la_competitivite_0.pdf

Suite des articles à venir, les reommandations en détail

Partager cet article

Repost 0
un gars normal - dans Economie
commenter cet article

commentaires